Pendant l’engagement

Participation

Les bénévoles qui s’engagent ont le désir de faire une bonne action, mais ils recherchent aussi une activité porteuse de sens et qui débouche sur des résultats (cf. Reifenhäuser/Reifenhäuser 2013: 66). Autrement dit, ils souhaitent avoir leur mot à dire dans la définition de leur mission. Ils veulent assumer des responsabilités et considèrent comme une reconnaissance de leur travail le fait que leurs idées soient étudiées, voire, dans l’idéal, mises en œuvre. L’organisation doit répondre à ce besoin en créant des espaces de participation.

Définition de la participation

La participation désigne le processus d’inclusion structurée des bénévoles dans les mécanismes de discussion et de décision (cf. Croix-Rouge allemande 2013: 81).
Offrir aux bénévoles une certaine marge d’autonomie grâce à la participation présente un intérêt à plusieurs égards (cf. Croix-Rouge allemande 2013: 82; Reifenhäuser/Reifenhäuser 2013: 67):

  • Les bénévoles sont actifs à la base, ils voient la qualité des prestations sous un autre angle et sont attentifs à ce qui se passe sur le terrain. Ils peuvent ainsi aider l’organisation à évoluer et à se mettre au diapason des réalités sociales. 
  • La possibilité de participer aux décisions, de créer le changement et d’agir de manière autonome est un facteur essentiel de motivation.
  • La participation est une source d’apprentissage et de progression.
  • Des mécanismes de participation précisément définis aident à prévenir les conflits d’intérêts, par exemple entre les collaborateurs rémunérés et les bénévoles. 
  • La participation des bénévoles permet d’améliorer la qualité des possibilités d’engagement. 

L’organisation doit modifier ses structures afin que les bénévoles aient la possibilité d’intervenir dans les discussions et les décisions, ainsi que de fournir des retours (cf. Croix-Rouge allemande 2013: 82).
 

Analyse des possibilités de participation existantes

Les questions ci-après vous aideront à identifier les possibilités de participation déjà en place dans votre organisation, ainsi que les améliorations à apporter (cf. Croix-Rouge allemande 2013. 84):

  • De quels moyens organisés ou structurés disposons-nous déjà pour associer nos bénévoles?
  • Dans quels domaines pouvons-nous ou devons-nous laisser nos bénévoles décider et agir de manière autonome?
  • De quels moyens disposons-nous pour prendre en considération les idées nouvelles exprimées par nos bénévoles?
  • Quels modes de communication au sein de l’organisation se prêtent-ils à la participation?
  • Nos bénévoles ont-ils la possibilité de présenter et d’exprimer des critiques et des suggestions? Si oui, comment?
  • Quelles sont les décisions qui peuvent ou doivent être prises en commun avec nos bénévoles ou exclusivement par eux?
  • Quel niveau de participation souhaitons-nous instituer dans notre organisation? Quelle est la forme de participation possible et nécessaire?
  • Comment nos bénévoles souhaitent-ils être associés aux prises de décision?
  • Nos bénévoles connaissent-ils tous les moyens de participation à leur disposition?

Niveaux et formes de participation

On distingue cinq niveaux de participation. La question que vous devez vous poser est dans quelle mesure votre organisation entend associer ses bénévoles aux prises de décision. 

  1. Information: les décideurs informent les bénévoles des décisions prises.
  2. Consultation: les bénévoles sont consultés durant la prise de décision.
  3. Concertation: les bénévoles sont écoutés avant la prise de décision et peuvent ainsi faire entendre leurs idées et leurs conceptions. 
  4. Codécision: les collaborateurs et les bénévoles se partagent le pouvoir décisionnel. Les bénévoles peuvent alors «codéterminer» et «codécider».
  5. Autonomie: les bénévoles décident de manière autonome, prennent des initiatives et mettent en œuvre des projets.

Formes de participation 

L’idéal est de proposer aux bénévoles plusieurs moyens de participation. Faites-les intervenir sur le développement de ces espaces d’expression, le projet n’en paraîtra que plus authentique et crédible. 
Les bénévoles ont des préoccupations différentes. Certains préfèrent ne pas avoir de décision à prendre pour se consacrer entièrement à leur activité. La participation impose d’assumer des responsabilités, et tout le monde n’y est pas disposé dans la même mesure. A l’inverse, d’autres bénévoles se sentent oubliés lorsqu’ils ne sont pas associés aux décisions. En instaurant des formes de participation adaptées, vous pouvez agir favorablement sur la motivation des bénévoles, et par conséquent sur la durée de leur engagement. Voici quelques-unes des solutions possibles (cf. Croix-Rouge allemande 2013: 83):

  • Informations régulières conçues par des bénévoles pour des bénévoles: newsletter créée spécialement pour les bénévoles, gazette des membres ou journal conçu par/pour des bénévoles, rubrique spécifique sur le site Internet ou sur les réseaux sociaux comme Facebook
  • Procédure de prise en charge des réclamations, avec par exemple la mise en place d’une «boîte à doléances»
  • Election d’une représentation 
  • Invitation aux réunions d’équipe des collaborateurs
  • Réunions d’équipe régulières durant lesquelles les bénévoles peuvent soumettre des sujets à la discussion
  • Réunions d’équipe annuelles rassemblant bénévoles et collaborateurs rémunérés
  • Mise à disposition d’un budget pour des projets propres
  • Soutien aux bénévoles dans l’élaboration et la mise en œuvre de projets, encouragement de la créativité, avec par exemple la mise en place d’une boîte à idées 
  • Recueil régulier de l’opinion, de l’analyse et des expériences des bénévoles, par exemple par le biais d’enquêtes ou pendant des entretiens individuels
  • Recrutement de bénévoles prêts à s’engager au sein du comité

Membres et titulaires de charges honorifiques

Au sein des organisations de sauvetage de la Croix-Rouge, tous les bénévoles sont aussi membres. A l’inverse, dans les associations cantonales, les bénévoles ne sont pas forcément membres et tous les membres n’accomplissent pas du travail bénévole. Le Siège CRS re-commande que les bénévoles acquièrent le statut de membre dès le début de leur engagement. Si ce n’est pas le cas dans votre organisation, informez les nouveaux arrivants et incitez-les à faire usage de cette possibilité. Ainsi, ils pourront prendre part aux discussions et aux décisions, et contribuer au développement de l’organisation, ce qui profitera finalement à tous.
Si une cotisation est due par les membres, nous vous conseillons d’accorder une réduction aux bénévoles ou, mieux encore, de les en exonérer: ne donnent-ils pas déjà suffisamment de leur personne?

Titulaires de charges honorifiques 

Les organisations membres de la Croix-Rouge suisse sont dirigées exclusivement par des personnes travaillant à titre honorifique, c’est-à-dire par des bénévoles. Cette charge honorifique implique de grandes responsabilités. En effet, les bénévoles concernés assument une fonction à part, en ceci notamment qu’ils ont une influence décisive sur l’évolution de leur organisation.
Les membres de comités doivent assurer la direction stratégique de leur association et toujours garder à l’esprit certains points essentiels (objectifs, projets, directives, principes). Vous pouvez les soutenir en mettant en place des instruments ciblés. 
L’attrait des différentes fonctions joue un rôle important, entre autres pour la planification de la relève. Penchez-vous sur les conditions-cadres en vigueur au sein de votre organisation: nous vous recommandons de limiter la durée des mandats et d’éviter, voire d’interdire le cumul des fonctions. Vous laisserez ainsi la porte ouverte à de nouveaux bénévoles et renforcerez l’efficience de votre organisation en faisant passer les compétences avant la représentativité. 
 

Activités de jeunesse

Les activités de jeunesse exigent qu’une attention toute particulière soit accordée à la question de la participation. Chaque organisation doit déterminer la manière dont elle souhaite coopérer avec les jeunes. La plupart des jeunes bénévoles apprécient de se voir confier davantage de responsabilités avec le temps et de travailler de manière autonome. 
Par ailleurs, il faut tendre à ce que les jeunes soient représentés dans les comités. Dans sa Stratégie 2020, la CRS s’est fixé pour objectif d’assurer une représentation adéquate de la jeunesse lors de l’attribution de fonctions au sein de ses organes et délégations.