Pendant l’engagement

Reconnaissance

La motivation de vos bénévoles et la durée de leur engagement dépend dans une large mesure de la culture de la reconnaissance que vous aurez instaurée. Le bénévolat n’est pas un dû. C’est pourquoi vos bénévoles méritent d’être remerciés et de savoir que leur travail est apprécié (cf. Reifenhäuser/Reifenhäuser 2013: 158).

Un besoin personnel

Toute personne aspire à être regardée et reconnue pour ce qu’elle est. Un climat de travail empreint de respect et d’estime mutuelle est une dimension fondamentale de la culture de la reconnaissance. 
Mais les marques de reconnaissance sont perçues de manière très différente en fonction des bénévoles et dépendent de leurs besoins et de leur motivation (cf. Reifenhäuser/Reifenhäuser 2013: 158). Si certains sont friands d’hommages formels, d’autres ressentent ceux-ci comme une source de stress et préfèrent des petites attentions, comme une carte d’anniversaire écrite à la main (cf. Van Schie/Güntert/Wehner 2015: 135, 136; Reifenhäuser/Reifenhäuser 2013: 66). 
La culture de la reconnaissance doit tenir compte de cette diversité si elle veut atteindre son but de fidélisation. Dans ce contexte, il importe de bien connaître ses bénévoles. Vous pouvez par exemple réaliser une analyse des besoins: recensez tous les instruments de reconnaissance utilisés par votre organisation et demandez-vous s’ils sont bien accueillis par les bénévoles. Vous pouvez en outre poser directement la question aux intéressés. Voyez-vous d’autres pratiques de reconnaissance qui pourraient être mises en place (cf. Reifenhäuser/Reifenhäuser 2013: 159)?
 

Pratiques de reconnaissance

La reconnaissance du travail effectué peut se pratiquer sous des formes variées et à différents moments de l’engagement bénévole; les témoignages de gratitude peuvent émaner de bénéficiaires de prestations, de collaborateurs rémunérés, d’autres bénévoles, d’amis, de la famille et de l’entourage. Pour les bénévoles, qui donnent de leur temps et de leur énergie, la reconnaissance est une récompense symbolique qui doit s’exprimer de manière créative.

Reconnaissance quotidienne 

La reconnaissance commence dans les échanges quotidiens. Montrez à vos bénévoles combien vous appréciez leur travail. Faites-leur sentir l’importance de leur mission et de leur présence. Ne négligez pas non plus les petites attentions, et pensez par exemple à souhaiter leur anniversaire à vos bénévoles ou à leur remettre chaque année une petite carte ou un cadeau de remerciement.
Des conditions-cadres intéressantes (infrastructures, couverture d’assurance, défraiement, formations continues, participation, information régulière, etc.) et des possibilités d’engagement stimulantes axées sur les besoins des bénévoles constituent elles aussi une forme de reconnaissance.
Voici quelques conseils utiles pour cultiver le respect et l’estime dans vos relations quotidiennes (cf. Croix-Rouge allemande 2013: 63):

  • La considération que vous portez à vos bénévoles doit transparaître dans votre conduite, et notamment dans votre manière de communiquer. 
  • Soyez sensible aux qualités de votre interlocuteur.
  • Focalisez-vous sur les aspects positifs de la collaboration. 
  • En cas de conflit: par-delà les aspects négatifs, recensez également les aspects positifs de la situation.
  • Parlez toujours des aspects positifs que vous remarquez.
  • Réjouissez-vous régulièrement des petites choses qui semblent aller de soi, comme la ponctualité ou la fiabilité de votre interlocuteur.

Autres idées 

Comme évoqué plus haut, les pratiques de reconnaissance doivent être adaptées aux préférences personnelles de chaque bénévole. Voici quelques suggestions (cf. Reifenhäuser/Reifenhäuser 2013: 158, 159):

  • Distinctions: Fêtes d’anniversaire de service, fêtes de remerciement, prix d’honneur (le bénévole du mois), prix pour des projets de qualité, médailles d’honneur, proposition de participer au travail du comité, invitations à des manifestations officielles, etc. 
  • Attentions personnelles: Fleurs, cadeaux personnels, temps pris pour une discussion, félicitations, cartes d’anniversaire, retours d’information sincère, confiance, marques de sympathie, cartes de vœux incluant des remerciements
  • Presse et relations publiques: Articles de journal sur les bénévoles, portraits de bénévoles sur le site Internet, invitations à des manifestations publiques
  • Evénements internes: Excursions organisées par l’association, invitations à un repas, voyages de groupe

Apport de la recherche

Une étude conduite par Bénévoles Canada en 2013 s’est intéressée à la reconnaissance dans le milieu du bénévolat, en interrogeant des bénévoles au sujet de leurs préférences en la matière, mais aussi des organisations à but non lucratif sur leurs pratiques. Bien que les résultats ne soient pas directement transposables à la Suisse, ils mettent en lumière quelques aspects pertinents qui élargissent la conception que l’on peut avoir de la reconnaissance. Voici les trois principales conclusions (cf. Bénévoles Canada 2015):

1.    Un grand nombre de bénévoles ne se préoccupent pas des formes traditionnelles de reconnaissance.

  • Les bénévoles préfèrent être remerciés régulièrement et de manière informelle par un simple merci.
  • Plutôt que d’être honorés lors d’une cérémonie formelle, ils se soucient plus de connaître les retombées concrètes de leur engagement. 
  • Ils souhaitent avoir leur mot à dire sur tout ce qui touche à leur domaine d’intervention. 
  • Ils ont souvent un agenda bien rempli ou des obligations irrégulières, et apprécient de pouvoir bénéficier d’horaires souples dans leurs missions. 
  • Ils devraient avoir la possibilité de donner et d’obtenir fréquemment des retours.

2.    Une forme de reconnaissance unique ne convient pas à tous les bénévoles.

  • Certains bénévoles recherchent des marques de reconnaissance publiques en présence d’un public nombreux, là où d’autres opteront pour des remerciements personnels.
  • Proposez à vos bénévoles de vous indiquer comme référence lorsqu’ils déposent des candidatures. 
  • Réalisez une enquête pour comprendre ce qui les motive. 
  • Organisez des formations continues qui leur seront utiles pour élargir leurs compétences. 
  • Par de petites attentions, montrez-leur que vous les estimez aussi en tant que personnes. 

3.    Une culture active de la reconnaissance n’entamera pas forcément votre budget.

  • Informez les bénévoles des effets produits par leur travail: c’est une forme concrète de reconnaissance.
  • Proposez-leur de rencontrer les personnes qui bénéficient de leur travail.
  • Témoignez-leur de la reconnaissance pour leur contribution individuelle.
  • Désignez un bénévole comme candidat à un prix.
  • Organisez des rencontres informelles entre bénévoles pour renforcer leur sentiment d’appartenance à une communauté.

Ces résultats recoupent les conclusions de l’étude de l’EPFZ, selon lesquelles les retours d’information positifs sont un moteur important de la motivation des bénévoles (cf. Neufeind/Wehner: 8):

  • Feedback à travers l’activité: Tâches conçues de manière à renseigner le bénévole sur l’efficacité de son action
  • Feedback d’autres personnes: Retour positif d’autres bénévoles et de collaborateurs à propos des tâches effectuées 

Reconnaissance par l’Etat et la société

Dans le cadre de sa Stratégie 2020, la CRS s’engage à œuvrer à la promotion et à la reconnaissance publique du bénévolat par l’Etat et la société. 
Forte de quelque 72 000 bénévoles, la CRS est la plus grande organisation de bénévoles en Suisse dans le domaine de la santé, du social et du sauvetage. Elle assume sa part de responsabilités en matière de promotion et de reconnaissance du travail bénévole dans notre pays. 
 

DOSSIER BÉNÉVOLAT

La remise du DOSSIER BÉNÉVOLAT constitue une forme de reconnaissance du travail fourni, entre autres vis-à-vis de l’extérieur. Ce document dresse l’inventaire des compétences et des expériences des bénévoles. Il peut être joint à des dossiers de candidature pour sensibiliser les employeurs à l’enjeu du travail bénévole, contribuant ainsi à long terme à une meilleure reconnaissance du bénévolat.