Mise en œuvre

Coopérations et réseaux

Les coopérations ciblées et le travail en réseau créent des situations gagnant-gagnant pour toutes les parties prenantes. En travaillant main dans la main, les partenaires accroissent leur visibilité auprès des médias, du monde politique et du public. Néanmoins, ils sont également susceptibles de rencontrer des problèmes qu’ils doivent s’efforcer de surmonter.

Considérations initiales

Avant de chercher des partenaires de réseau ou de coopération, il y a lieu de déterminer les objectifs et les modalités du rapprochement considéré (cf. Wöhler 2015: 115):

  • La collaboration est-elle limitée ou illimitée dans le temps?
  • La collaboration porte-t-elle sur des sujets d’intérêt commun ou plutôt sur des objectifs généraux?
  • Quels sont les objectifs visés?
  • Quel est le périmètre de la collaboration, combien de personnes sont concernées?
  • Quelles sont les ressources prévues?

Toutes les personnes concernées doivent savoir précisément comment le travail est réparti, qui est responsable de quoi et quels sont les délais à observer. Elles s’engagent à mobiliser leurs compétences et à concourir à la réalisation des objectifs communs. L’idéal est de fixer par écrit les points ci-après (cf. Wöhler 2015: 115):

  • En quoi la collaboration consiste-t-elle?
  • Quelles sont les personnes impliquées et quelles tâches leur sont confiées?
  • En quoi consistent les tâches et les mesures prévues?
  • En quelles occasions les parties se présentent-elles ensemble ou plutôt séparément, et avec quel logo (commun)?
  • Quelle est la durée de la collaboration?
  • Quels sont les objectifs visés?
  • Quels sont les résultats attendus?

Coopérations

Une organisation compte souvent dans son environnement d’autres organisations aux objectifs et aux activités analogues, que ce soit au plan général ou dans certains domaines seulement. Des coopérations peuvent alors être indiquées pour économiser des ressources. De plus, des apparitions conjointes sont garantes d’un impact accru et génèrent des effets de synergie (cf. Schwarz/Purtschert/Giroud/Schauer 2005: 274). 
Si une coopération doit profiter à toutes les parties prenantes, elle comporte aussi des défis qui ont des retombées parfois défavorables sur les partenaires. C’est pourquoi une planification minutieuse est de rigueur. Une coopération présente les caractéristiques suivantes (cf. Reifenhäuser/Reifenhäuser 2013: 84):

  • Elle a une durée définie.
  • Elle fixe les droits et les devoirs des partenaires.
  • En dehors des obligations formelles, elle autorise les échanges informels entre les partenaires.
  • Elle pare à toute éventualité et prévoit une procédure de règlement des conflits détaillée (médiateur neutre, conciliation, clarification judiciaire). 

Toute coopération est régie par des conditions formelles négociées et consignées dans une convention. Cette précaution exclut le risque que l’objet de la coopération évolue au fil du temps en raison d’une interprétation unilatérale, et limite donc la probabilité de conflits (cf. Reifenhäuser/Reifenhäuser 2013: 84). 
 

Réseaux

Les réseaux se composent de plusieurs organisations ou personnes qui entretiennent les unes avec les autres des liens non hiérarchiques. Ils servent avant tout à l’échange de savoirs et de compétences dans l’optique de la réalisation d’objectifs communs. Il s’agit d’une forme de collaboration souple et ouverte, mais qui donne aussi lieu à la conclusion d’une convention. 

La CRS est membre du réseau suisse bénévole.envie d’agir. Fondé en décembre 2012 à l’initiative de quatorze organisations nationales, il vise à encourager le dialogue sur le travail bénévole et à favoriser le travail en réseau. Il offre une plateforme où les organisations peuvent échanger des idées et des bonnes pratiques, et permet l’échange de prestations. La collaboration se fonde moins sur des modalités institutionnalisées que sur la défense d’intérêts communs (réseau bénévolat).